VEF Blog

Titre du blog : L'Ambassade
Auteur : l-ambassade
Date de création : 06-10-2012
 
posté le 06-10-2012 à 17:35:39

Raël le dernier des prophètes

La première objection que pose la plupart des personnes, c’est sur la véracité de la rencontre de Raël avec les extra-terrestres.
La plupart du temps, c’est une réaction basée sur une simple impression.
Une rencontre avec des extra-terrestres ! Et qui lui transmettent un message pour l’humanité !
Au premier abord, ça paraît tellement inouïe, surnaturel, science-fiction qu’on ne veut pas le croire.
Ça dépasse l’entendement.
Non, ce n’est pas possible, c’est une histoire inventée de toutes pièces.


Raël ne demande pas qu’on le croît, surtout pas.
Il nous demande seulement de réfléchir, de comprendre.

Des milliards de gens sur terre croient en dieu, une entité invisible douée de pouvoirs gigantesques, qui sait tout et voit tout dans l’univers.

C’est pas plus fantasque comme raisonnement ?

Raël expose un postulat concret, rationnel, qui permet de comprendre tout ce que l’église a entouré de mystères. Qui permet aussi de comprendre pourquoi la théorie de l’évolution est un mythe.

Son témoignage, son Message, est appuyé par une longue série d’évènements qui ont laissé des traces sur terre : 



Le rôle d’un prophète est de prophétiser.
Tout ce que Raël a annoncé dans les Messages il y a plus de 35 ans se réalise au fur et à mesure des progrès de la science.


Les médias et scientifiques se moquaient de ses prophéties technologiques. C’était fantasque, en contradiction avec les connaissances qui ne pouvaient être remises en cause.

Quand il parlait de vivre éternellement grâce à la science, on se moquait de lui.

Aujourd'hui nombreux sont les articles de scientifiques vantant les possibilités prochaines de la vie éternelle.

La venue de Raël correspond parfaitement à l’époque de la Révélation, celle de nos origines, et de la fin des temps.
Il démystifie les croyances obscurantistes, ouvre l’esprit pour libérer sa conscience, apprendre à être soi-même et aimer son prochain, dans le respect et la délicatesse.

Yahvé avait surnommé Jacob « Israël ».
Yahvé a surnommé Claude Vorilhon « Raël ».
Il n’y a pas de hasard. C’est trop parfait. La boucle est bouclée.
Le dernier des prophètes n’aurait pas pu s'appeler autrement.